Quand l’industrie du divertissement nous fait prendre des vessies pour des lanternes

Et ce n’est pas moi qui le dit, c’est Bruce Willis.
Entre déclarations, démentis et rumeurs, la polémique gonfle.
À l’origine de tout ce rafus, l’impossibilité de transmettre dans son héritage sa bibliothèque iTunes.
Des avocats émérites nous expliquent qu’ en effet, il faut dissocier le droit de propriété du support du droit de propriété de l’œuvre numérique qui s’y trouve.
Si sur le fond ils ont raison, ils oublient qu’en droit il y a également l’usage qui fait que mon grand-père peut me transmettre dans son héritage ses vieux vynils (et que personne ne trouve à redire).
Bon, j’avoue que les vinils de mon grand-père ne me font pas rêver, cependant il ne dépend que de moi de les accepter ou pas et cela fait parti de mon patrimoine.

Est-ce que la virtualisation des supports (musique, livre, etc) va nous appauvrir culturellement et financièrement ?
Si la tendance actuelle se confirmait, il est probable que oui et ceci au profit des majors et autres réseaux commerciaux.

Imaginez un instant les collections privées plus ou moins modestes disparaître du fait d’un décès.
Impossible me direz-vous…
Pas si sûr, à lire les esprit biens pensants remplis d’humanisme.

En cela, certains services dans  le cloud tel que Bajoo apporte une réponse concrète à cette problématique puisqu’entièrement confidentielle grâce à sa solution de chiffrement exclusif le service de sauvegarde et de partage mondialement reconnu.
Ainsi, vous ne transmettez plus des œuvres maussades uniquement des fichiers.
Alors pensez à vos descendants, à la culture et à la mémoire collective. Il n’est pas trop tard pour faire de la dématérialisation un service humaniste, utilisez le service (gratuit et français) Bajoo.

Gratuit et disponible pour Windows, iPhone, iPad, Android et Mac,  il est fort à parier que Bajoo va prochainement s’enrichir de nombreuses fonctionnalités telles que bibliothèque musicale, vidéo etc.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés.